Nous sommes en 1981. Voldemort est tombé. Les Mangemorts en déroute sont pourchassés à travers toute l'Angleterre.La société sorcière anglaise, exsangue, doit se reconstruire après cette guerre. Et si la reconstruction commençait à Poudlard ?


    Margareth Ronebaw

    Partagez

    Margareth Ronebaw

    Message  Margareth Ronebaw le Ven 21 Aoû - 12:12

    Identité


      Nom Ronebaw

      Prénom Margareth

      âge et date de naissance Nous sommes en 1981.
        élèves : 17 ans. née le 17 novembre 1965 (donc 6e année)
        Professeurs et/ou personnel : 25 ans et plus (évitez cependant de dépasser 75 ans !), donc de 1906 à 1956.
        Fantômes : 100 ans et plus ! (liberté complète !), donc, 1881 et avant.


      *Signe astrologique : Scorpion
      *Groupe sanguin : A+
      *Droitier ou gaucher : Gauchère

      Poste demandé : Elève



    Physique

      Taille : 1 mètre 67

      poids : 50 kilogrammes

      corpulence : Vous avez remarqué, je pense, la différence entre la taille et la masse corporelle de Maggie. Elle est extrêmement fine pour quelqu'un de sa taille. On pourrait croire que, en lui soufflant dessus, on pourrait la faire tomber, ce qui n'est pas totalement faux, car Maggie n'est pas une fille solide du tout, le moindre choc lui fait prendre bleus et fractures. Etant toute fine, Margareth possède des doigts (et des mains) presque parfaits et d'une délicatesse étonnante.

      Cheveux : Allons du général au plus petit détail. Margareth est brun clair, ou alors châtain foncé, tout dépend de votre vision des choses. Ils sont mi-longs, et lui arrivent donc juste en dessous des épaules. Vous pouvez voir sa chevelure frisée comme raide, libérée comme attachée, c'est généralement selon l'humeur de Maggie. Le cheveu en lui-même est fin, brillant, et, s'il était vivant, regorgerait de vitalité. C'est dire si Margareth en prend soin !

      Yeux, regard : Les yeux de Margareth sont typiquement européen, il n'y a donc rien à y redire. Ils sont bruns, disons, marron clair, et virent franchement au noir lorsqu'elle se met en colère. Lorsqu'elle est joyeuse, ils se teintent de perles d'argent. Et le regard en lui même ne montre jamais que le ressentit de Maggie sur le moment, ils sont la porte ouverte sur ce qu'elle est vraiment.

      Visage : Le visage de Margareth, est, comme ses yeux, typiquement européen. Ses traits sont plutôt marqués, étant donné sa maigreur, mais ses joues sont très peu creusées. Comment fait-elle ? Nul ne le sait, pas même elle. Le teint de Maggie est plutôt halé, car elle passe beaucoup de temps dehors, et sa peau prend très facilement des couleurs lorsque le soleil est de sortie, même en hiver.

      Style vestimentaire en dehors des cours : Dans le cas de Maggie, c'est très simple. Un jeans, un T-shirt, et un pull en hiver. Quand aux couleurs, elles oscillent du bleu clair au vert foncé, en passant par le jaune, le orange et le marron.

      *Particularité(s) : une bague fine en bronze


    Caractère


      Qualités Vous voulez une liste ou un texte ? Ben moi, je vais vous donner un texte, rien que pour vous embêter.
      Margareth est une grande travailleuse, juste et loyale, elle ne fera rien pour contrer la nature. Selon elle, une tempête est une tempête et l'on ne peux rien contre. Grande travailleuse, effectivement, elle pourrait passer ses week-end entiers à travailler si elle n'avait pas un minimum de réflexion, car aussi, elle est une grande blagueuse, et son principal moyen de s'amuser, est de réveiller ses amies de dortoir, il va sans dire que cela fait 6 ans que ça dure. Aussi, Margareth est douce comme un ange, amicale, bavarde. Oui, amicale, car tout le monde est son ami, rien ne peux lui faire de mal ou l'énerver. Douce ? Oui, car jamais ses propos ne dépasseront la simple remarque désobligeante, dite sur un ton moins enjoué que ce dont on a l'habitude. Car Margareth est une fille joyeuse et sa joie se lit dans tous ses propos, emplis de gaité et dits sur un ton qui ne peux laisser les autres en douter. Elle est aussi franche (un peu trop parfois), et, quand quelque chose ne lui plait pas, elle el dit tout haut, sans faire attention à son vocabulaire qui laisse, dans ces moments, souvent à désirer.


      Mais, j'ai une mauvaise nouvelle pour vous...
      Défauts Et même une très mauvaise nouvelle... Car Maggie est considérée comme schizophrène... Et les instants où ça se gâte... ce sont les défauts qui sont là.. Merlin sait à quelle fréquence ceci arrive.
      Dans ces moment, Maggie est menteuse, arrogante, rien ni personne ne peux l'approcher sans qu'elle ne se mette à hurler où à tapper. Les mensonges ? Elle ne connaît alors que ça, et les insultes aussi. Arrogante ? Elle passe son temps à rabaisser tout le monde, sauf, chose étonnante, sauf ses amis, qui restent ses amis dans ces moments là, et elle les met (ainsi que sa propre personne) sur un piedestal impossible à atteindre pour tous les autres. Aussi, elle devient violente, et les sortilèges sortent très vite, et, souvent, atteignent leur cible avec une force dont personne n'aurait cru Margareth capable. C'est souvent pendant ces passades meurtrières (car si elle savait prononcer correctement Kedavra, elle vous arracherait la tête), que Maggie prends ses coups et autres fractures. Aussi, (à ne pas oublier), c'est dans ces moments qu'elle hurle contre les né-moldus, ses pires ennemis.

      *Evolution du caractère depuis son enfance, a-t-il beaucoup changé ?

      Pour plus de facilité dans la suite, nous allons juste décrire la Margareth douce et imperturbable. Pour savoir les passions et phobie de la méchante, échangez simplement le titre des deux catégories suivantes.

      Ce qu'il aime et ses passions
      Margareth aime, tout d'abord, être en présence de ses amis, et faire les quatre cent coups avec eux, contre tout et n'importe qui, ainsi que se retrouver seule à lire dans sa salle commune. Elle aime aussi faire la grasse matinée, ce qui lui joue souvent des tours. Elle aime aussi beaucoup le quidditch, mais a dû abandonner l'équipe en fin de quatrième année, à cause de ses blessures trop nombreuses. Elle s'est rabattue sur le club de supporter et est la présidente du club de sa maison depuis l'année précédente. Elle apprécie tout particulièrement les cours de potion, mais redoute le nouveau professeur... comment cette année se passera-t-elle ?

      Ce qu'il déteste et ses phobies
      Pour commencer, Maggie déteste quand c'est trop calme autour d'elle. Le fait qu'elle soit calme ne doit en rien influencer le comportement des autres ! Elle ne supporte pas non plus les cours de divination, qu'elle a enfin pu abandonner après avoir passer ses BUSEs. Elle a peur des souris, des araignées (même toutes petites), des serpents, et est indisposée dès qu'il y a des papillons autour d'elle. Elle ne supporte pas non plus les gens un peu trop extrémistes, qui vont à l'encontre des principes d'intégration prônés par le ministère depuis quelques années maintenant.


      *Tic : Son passage d'une personnalité à l'autre est annoncé par un long soupir de fatigue.

      *Particularité(s) Elle ne souvient que très rarement de ses crises de furie, à vous de l'aider à s'en rappeler tant qu'elle n'aura pas trouver le moyen de le faire par elle-même. Oh, si vous avez le temps, envoyez-la à l'infirmerie, pour la protéger d'elle même aussi !



    Famille


      Les tuteurs :
      • Albery Ronebaw, 37 ans, fils d'une longue lignée de Sang Pur décomplexés qui ne prônent rien d'autre que l'acceptation des moldus dans les grandes lignées. Il est entré à Poufsouffle, et y a rencontré Michele.
      • Michele Morgan, 37 ans, elle est la soeur de Catherine Slone, donc la tante d'Adwen Slone, élève à Serpentard, 2e année. Elle a toujours refusé l'autorité de ses parents, n'a jamais reçu un seul coup mais n'a jamais été considérée comme leur fille.
      Le(s) (demi)frère(s) et (demi)sœur(s) :
      • Olivia, 15 ans, 5e année (née entre Septembre 1965 et Aout 1966), Serdaigle, a longtemps été impressionnée par les accès de folie de sa soeur jusqu'à ce qu'elle découvre qu'elle était la seule à pouvoir l'approcher sans craindre un seul coup.
      • Tyson, 12 ans, 2e année, Gryffondor, redoute depuis toujours les accès de furie de Maggie, est insupporté du fait d'être dans la même promo qu'Adwen, sa cousine.
      *Maris/femme/enfants :
      *Autres
      Notons que, si Adwen Slone est sa cousine, elles ne se sont jamais vues qu'à Poudlard lorsque celle-ci y est entrée.

      Relations avec la famille La Margareth normale (la gentille), s'entend parfaitement bien avec ses parents, son frère et sa soeur



    Autres détails


      Baguette : (taille, bois, élément magique, acquisition)

      Animal

        Race : Boursoufflet

        Nom : Pigmy

        Caractère : Gentil, doux, affectueux, il ne sait pas ce que c'est la méchanceté.

        *Particularité(s) : Pigmy est tout roux.


      *Particularités autres : un miroir pour discuter avec sa soeur Olivia qui est à Serdaigle.

      Pour les professeurs : matière enseignée

      Pour les fantômes : Cause de la mort



    Hors-Jeu

      Code :
    Vu par Will


    Dernière édition par Margareth Ronebaw le Sam 22 Aoû - 17:45, édité 2 fois

    Re: Margareth Ronebaw

    Message  Margareth Ronebaw le Sam 22 Aoû - 17:44

    Histoire

      Lieu de naissance Margareth est née dans l'hôpital moldu d'Oxford, en Angleterre.

      Lieu d'habitation Ils vivent dans une simple maison, en plein Oxford, et sont entourés de moldus, ce qui a souvent causé des soucis lors des sautes d'humeurs de Maggie. Trois étages, deux salle de bain, deux WC, quatre chambre, un salon, une cuisine, une salle de jeux.

      Histoire de sa naissance à ce jour




      Maggie est née le 17 novembre 1964 à l'hôpital moldu d'Oxford. Elle était le premier enfant du couple de mariés : Albery et Michele Ronebaw. A quoi ressemblait-elle ? A un bébé qui concentrait équitablement les traits appartenant à chacun des parents. L'accouchement se passa avec beaucoup de difficultés pour Michele, pour la raison simple que Maggie était son premier enfant. Comme ils n'avaient, ni l'un ni l'autre avoir quel serait le sexe de leur enfant, le choix du prénom dût se faire à l'instant même où ils l'apprirent. Le choix fut unanime : Margareth, seulement Margareth, aucun deuxieme prénom, c'était inutile, Margareth lui conviendrait parfaitement !! D'ailleurs, lorsqu'elle entendit son prénom, la petite eu un grand sourire, suivit d'un gazouillement qui ressemblait à un rire. Ce qui eu pour effet d'attendrir un peu plus ses parents.
      Maggie n'avait que trois mois lorsqu'elle commença à faire d'inquiétantes colères, c'est à dire qu'au milieu d'un rire, elle se mettait à crier, oui, mais crier jusqu'à ce que ses parents sortent de la pièce. Dans un premier temps, cela n'inquiéta ni Albery, ni Michele. Mais, les choses durèrent, et les colères devinrent plus régulières. Ce fut le début d'une panique refoulée dans la famille Ronebaw. Que se passait-il ? Dans aucune des deux familles on n'avait jamais entendu parler de choses comme ça durant la petite enfance ! Alors ils partirent en direction de Ste Mangouste, après avoir pris rendez-vous quelques jours plus tôt. Diagnostic ? Les médicomages étaient incapables de donner des précisions aux parents, même après avoir subi, eux aussi, les colère de la petite, qui n'avait que 9 mois. Ils étaient interloqués, mais renvoyèrent la famille Ronebaw chez eux, en leur donnant rendez-vous lors des 2 ans de la petite fille.
      Les choses se compliquèrent, lors de la naissance d'Olivia, en avril 1966. Maggie avait presque 2 ans et commençait à parler. Ses sautes d'humeurs étaient plus voyantes, ses mots, lors de ses crises se faisaient blessant, les crises duraient pendant des périodes allant de 5 à 20 minutes. Après, elle redevenait calme, posée, et étrangement fatiguée. A noter aussi qu'elle ne se souvenait de rien. Michele espérait que leur deuxième fille ne devienne pas comme ça. Non pas qu'elle n'aimait pas Maggie, loin de là, mais les choses étaient parfois très dures à supporter.
      Le jour des 2 ans de Maggie, Albery et Maggie prirent la direction de Ste Mangouste. Le diagnostic fut le même : il est trop tôt pour penser à des crises de démence, ou à quoi que ce soit d'autre. Un traitement quelconque était inpensable, elle était beaucoup trop jeune. Durant le rendez vous, qui dura presque deux heures, elle fit trois crise, dont la dernière d'une rare violence. Le médicomage donna rendez vous une fois qu'elle aurait son langage bien développé, c'est à dire après 5 ans. Avant, ils ne pourraient rien faire.

      Entre les deux ans et les 5 ans de Maggie, effectivement, son langage se développa, ce qui rendit ses crises plus impressionnantes encore, car elle déballait tout à une vitesse affolante, et elle croyait ce qu'elle disait ; à son père qu'il aurait dû être considéré comme un traître, à sa mère qu'elle n'aurait jamais du renier sa famille. Mais jamais Margaeth ne se rappelait de ce qu'elle disait.
      En décembre 1968 naissait Tyson, le dernier de la fratrie. Maggie avait quatre ans, Olivia en avait bientot deux, bientot trois, et était impressionnée, vraiment, par les brusques changements de personnalité de sa soeur. Rien ne changeait. Malgré les crises de l'aînée, la maison était remplie de joie et de rires.

      Peu après ses 5 ans, en 1969, Maggie et toute la famille se rendirent à nouveau à Ste Mangouste. En deux heures, quatre crises d'à peu près la même intensité, malgré l'une d'elle plus avadakédavérisante que les autres. Le diagnostic du directeur de l'hôpital fut simple, clair direct : Mlle Margareth Ronebaw souffrait d'un syndrome de démence auquel on ne pouvait rien faire, elle avait deux personnalités qui se bagarraient en elle. Par chance, la plus douce était plus souvent en conscience que l'autre. Voyant l'abattement de la famille, il leur dit que c'était le cas le moins grave de démence, n'osant pas prononcer le nom de schizophrénie. Mais ils avaient compris. Il leur dit aussi que cela n'empêcherait en rien la petite fille d'aller à Poudlard, six plus tard, et l'arrivée de la magie chez elle se ferait sans doute dans très peu de temps, sûrement au cours d'une crise. Il fit savoir aussi qu'il serait à leur disposition pour toute question.

      La vie devint moins pénible lorsque tous surent ce dont "souffrait" Maggie. Personne ne savait d'où ça venait, curieuse, Michele envoya un courrier à sa soeur et ses parents, en décrivant la pathologie de Maggie, pour savoir si quelqu'un avait subi ça dans les ancêtres... Rien, une réponse disant simplement non de la part des parents, et sa soeur la félicitant (en retard) pour la naissance de chacun des enfants, et lui apprenant la naissance d'Adwen, la cousine, qui, sûrement, serait de la même promo que Tyson à Poudlard.

      Le jour même des 6 ans de Maggie, la vie leur fit un beau cadeau, la petite fille faillit faire une crise, mais elle cria un "NON" monumental qui rembarra son autre moi et brisa les lunettes de Michele par sa simple colère.

      Elle était fille de sorciers, mais continua à vivre comme enfant "moldue", c'est à dire qu'elle ne touchait pas aux baguettes de ses parents, et qu'elle ne lisait pas trop de livres de magie, car Michele et Albery souhaitaient que leurs enfants apprennent le monde des moldus dès leur plus jeune âge. Ainsi soit-il.

      Le reste de l'enfance de Maggie se passa... normalement ? Oui, normalement, car les crises de Maggie était passées au stade de la normalité, et l'on découvrit, que Olivia était la seule personne de la famille qui pouvait l'approcher pendant ses crises de démence, ce qui les rapprocha encore plus, du fait de leur naissance rapprochée. Tyson, lui, en jovial petit gai luron, partait en courant dès qu'elle soupirait, d'un air fatigué. Car ils avaient remarqué, tous, ce passage qui annonçait l'arrivée de celle qui n'avait pas le pouvoir juste avant.

      Le jour des 11 ans de Maggie, en 1975, la joie, la peur et la tristesse s'empara de la maison des Ronebaw. Pourquoi ?
      Maggie recevait sa lettre, celle pour Poudlard. Ses parents furent heureux, le directeur de Ste Mangouste n'avait pas mentit, d'ailleurs, il avait envoyé une lettre à Maggie pour son anniversaire. Maggie eu peur, car elle savait qu'elle faisait des crises, mais elle savait aussi qu'elle ne s'en souvenait jamais après. Tyson et Olivia, eux, furent triste de perdre leur aînée, celle avec qui ils jouaient, celle qui était leur repère.. et celle qui leur faisait peur, car, dans les derniers mois, elle avait souvent "fait exprès", mais s'était arrêtée bien vite, ce n'était pas drôle, et encore moins pour elle.

      De ce moment là, aout 1976 arriva bien vite pour faire les courses. Ce fut une journée en famille, enfin, une sortie en famille comme il en arrivait rarement, pour préserver Margareth des commérages. D'ailleurs, la journée fut très difficile pour celle-ci, ainsi que pour Olivia, qui prévenait tout le monde dès que les crises s'annonçaient. En passant sur ce "détail", ils purent tout de même, en une journée, faire leurs courses. Mme Guipure pour les uniformes, Fleury&Botts pour les livres, l'apothicaire pour les potions... et puis Ollivanders pour la baguette. Ils n'eurent pas le temps de réagir qu'elle eu une crise dans le magasin, qui dura une dizaine de minutes. Le vendeur regarda la scène, assez impressionné, mais n'apporta qu'une seule baguette à la fillette, une fois qu'elle eu reprit ses esprits. 17,32 centimètres, en bois d'avocatier, avec, à l'intérieur,un crin d'abraxan. Une baguette qui connaitrait des problèmes d'obéissance pendant longtemps, avec un "mauvais caractère", et donc disposant d'une puissance assez grande lorsque le sorcier avait s'en servir. Maggie fut étonnée de se sentir si bien avec celle-ci en main. Soit.
      Elle n'avait pas vu qu'elle était restée seule avec sa mère dans le magasin, une fois la crise passée. Elle retrouva le reste de la famille dehors, avec, dans une cage, un boursoufflet, qu'elle nomma Pigmy.

      Le 1er Septembre arriva bien vite, et même très vite. Olivia et Tyson eurent longtemps les larmes aux yeux sur le quai 9-3/4. Silencieusement, Michele et Albery se demandaient si elle allait pouvoir s'intégrer à Poudlard avec cette petite différence. Insouciante, Maggie haussa les épaules, et après avoir serré dans ses bras chaque membre de sa famille, elle prit ses bagages et monta dans le train.

      Ainsi, elle allait entamer sa première année à Poudlard.

      Au cours du voyage, elle refusa de se lier d'amitié avec d'autres élèves, ne sachant pas dans quelle maison elle serait envoyé. Seule une jeune fille de deuxième année réussit à la faire parler un peu. Elles n'étaient que deux dans le compartiment à partir de la moitié du voyage. Margareth apprit à la jeune fille qu'elle était sujette à des crises de démence, mais n'en parla pas plus. Impossible de le faire, car Maggie n'aimait pas en parler. La jeune fille comprit, et lança un autre sujet, bien éloigné de ceci. Bien entendu, elle fut confrontée à ces crises, qu'elle laissa passer. Elle s'étonna lorsque Maggie lui demanda de lui répéter ce qu'elle lui avait dit pendant sa crise. Et elle le lui répéta. Au sortir du train, elle lui adressa un signe chaleureux de la main. Elles ne devaient pas prendre le même chemin.

      Maggie fut impressionnée, dans les barques, de voire l'apparition progressive d l'immense château de Poudlard, dirigé par Albus Dumbledore.

      La répartition fut longue pour Margareth, qui se battait contre elle-même pour ne pas faire une nouvelle crise. Elle voyait d'ailleurs, posé sur elle, le regard de l'un des professeurs, qui glissa quelques mots à l'oreille du directeur, qui rapidement posa sur elle son regard bleu électrique, mortifiant d'intelligence. Arrivé à la lettre R, Margareth fut appelée. On lui posa, une fois qu'elle fut assise, le Choixpeau Magique sur la tête. Sa répartition fut étonnement longue. Il lui parlait, beaucoup, et elle ne lui répondait pas, luttant toujours. Et puis il lui dit, tout bas, pour que seule elle, et peut-être la directrice adjointe, Minerva McGonagall, postée à côté d'elle, l'entende.

      "Tu as bien du courage, petite, d'endurer ça sans te plaindre... beaucoup aurait déjà rendu les armes et ne seraient plus des nôtres. Pour ceci, et pour bien d'autres choses, tu va aller à :
      GRYFFONDOR !!!"

      Margareth fut accueillie par une salve d'applaudissement, et s'assis près de ses autres condisciples, mangea, et, ensuite, suivit les préfets de gryffondor qui leur montraient le chemin pour arriver dans la salle commune.

      Nous parlerons maintenant de la scolarité, en général, de Maggie.
      Durant le premier mois, elle fut regardée étrangement par tous les élèves, qu'ils soient ou non de sa maison. Mais rapidement, les gryffondors se rendirent compte qu'elle était une jeune fille qui représentait un atout pour leur maison. Souvent, elle se cognait, et ses jambes étaient pleines de bleus, ce qui étonnaient ceux qui s'appelaient ses amis, et qui lui vouaient cette amitié indéfectible. Et elle le leur rendait bien. Rapidement, elle devint le réveil matin de son dortoir, et les étincelles de sa baguette allaient régulièrement réveiller les garçons de son année.
      Non mais oh !! Faut pas être en retard en cours !!
      Son comportement de farceuse était apprécié, ainsi que son comportement de travailleuse. Ainsi, elle divertissait avec entrain, et elle rapportait des points à sa maison. A la fin de sa deuxieme année, elle choisit les options de divination, d'astronomie et d'étude des moldus. Au début de sa troisième année, elle entre comme poursuiveuse dans l'équipe de quidditch de gryffondor, et, généralement, pendant les matches, réussit à marquer une bonne partie du score. C'est le seul exutoire qu'elle a trouvé pour être elle-même sans craindre son autre elle.
      Elle arrêta le quidditch en fin de 4e année, elle avait été trop blessée, et le capitaine, qui lui, partait de Poudlard, lui dit qu'il ne fallait pas qu'elle joue de trop avec le feu, et qu'il allait aller voir la directrice de maison pour lui dire qu'il valait mieux que Maggie arrête le quidditch, malgré l'immense perte tactique que cela allait engendrer dans les années suivantes, car Maggie avait une lecture particulière du jeu et ne se trompait que rarement.
      Ainsi, en 5e année, Maggie entamait son année de BUSE, et entrait dans le club de supporter de l'équipe de quidditch. Ses amis étaient étonnés de la facilité avec laquelle elle avait accepté de ne plus pouvoir entrer dans l'équipe. La cinquième année fut donc extrêmement remplie pour Maggie, entre les BUSEs à préparer, et les réunions du club de supporter à ... supporter. Car la plupart, au début d'année étaient de simple groupie qui ne connaissaient parfois rien au quidditch. Alors un jour, elle prit le "président" du club, en 7e année à part, et elle lui fit remarquer qu'un club de supporter c'est bien, mais des supporters qui s'y connaissaient, c'était encore mieux. Et puis elle a commencé à se démener pour leur faire apprendre les règles du quidditch, et puis le club de supporter à commencer à s'ouvrir à d'autres élèves de gryffondor. La présence d Maggie fut déterminante, déclara le président du club, et il la remercia, ainsi que les autres, qui, pendant l'année, avaient supporté, consolé les joueurs et réclamé que les arbitres acceptent de voir toutes les fautes commises. Maggie annonça alors au club qu'elle désirait le quitter, c'était sans compter sur le fait que sans elle, il ne tiendrait pas... Elle décida de rester, et obtint chacuns de ses BUSEs.

      Cette année, en 1981, elle n'a pas été de trop affectée par tout ce remue-ménage avec Lord Voldemort et tout le tralala, elle sait tout de même de quoi il retourne, car son père était partit e battre avec les aurors plusieurs fois entre septembre et octobre, alors qu'il n'était pas employé du ministère.
      Maggie ne sait pas encore quels cours elle continuera de suivre cette année, pour aller jusqu'aux ASPICs, elle a obtenu le poste de présidente du club des supporters de Gryffondor, et le capitaine lui a demandé d'être présente lors des entrainements, pour mettre en place une tactique qui pourrait faire tomber celle des serpentards.

      Bref... Maggie et son double en elle-même vont entamer une nouvelle année, avec un nouveau directeur, des nouveaux profs, mais les mêmes amis.

    Re: Margareth Ronebaw

    Message  Ethelredhea Hetairnail le Lun 24 Aoû - 16:50

    Je sens que tu vas donner du fil à retordre à tes professeurs, jeune fille...

    Bienvenue !

    Contenu sponsorisé

    Re: Margareth Ronebaw

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Sam 17 Nov - 23:30